galerie art hénot GALERIE HENOT - 14 rue de Mora - 95880-Enghien les Bains
Tél & fax: 33 (0)1 34 12 69 96
contact@galeriehenot.com
POLITIQUE DE LA GALERIE
LISTE DES ARTISTES-PEINTRES
SCULPTEURS:
PORTRAIT SUR COMMANDE PAR GUY SERADOUR
LA GALERIE CHEZ VOUS
COMMANDER UNE OEUVRE
EXPOSITION JEAN-PIERRE HENAUT OCTOBRE-NOVEMBRE 2007
MECENAT ET FISCALITE
BIOGRAPHIES
MISE A JOUR
ENGHIEN-LES-BAINS
CONTACT
 

 

 

Jean-Pierre HENAUT

 

Jean-Pierre HENAUT est né à Paris en 1942.

Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris en 1965.

Sociétaire des grands salons, il est membre du conseil d’administration de certains d’entre eux et a assuré plusieurs années durant, la fonction de Commissaire Général du Salon pour les Artistes Français, puis pour le Salon d’Automne.

Constamment actif en faveur de la représentativité des Artistes, il a été membre élu du Comité Directeur, Bureau, et Conseil d’Administration d’un grand nombre d’associations, Administrateur d’une Société d’Auteurs des Arts Visuels, Délégué de la Commission de Réflexion sur les Arts Plastiques au Ministère de la Culture.

Il est Médaille d’Honneur du Salon des Artistes Français et a par ailleurs reçu de nombreux prix dont en 1986 le Prix Lila Acheson-Wallace du Reader’s Digest assorti d’un chèque de 15000 francs et d’expositions en France et à New-York.

Nombreuses expositions de groupe tant en France qu’à l’étranger (Copenhague, Tokyo, Cracovie, San Francisco, Los Angeles, Chicago, New York, Moscou), plus de trente expositions personnelles dont plusieurs à Londres et à New-York jalonnent sa carrière.

Il a été acheté par le Fonds National d’Art Contemporain et est présent dans quelques musées français et de nombreuses collections privées dans le monde (USA, Grande Bretagne, Suisse, Allemagne, Arabie Saoudite, Japon…)

Il est l’auteur de la fresque mosaïque de 50 m2 du hall de la Croix Catalan du Racing Club de France.

Sa peinture est figurative, claire, solaire. Elle propose à travers des perspectives très structurées ( le plus souvent des univers marins) un travail de réflexion sur l’oeuvre d’art, son élaboration, la façon dont elle est perçue. Elle est classée aux Etats Unis, par les critiques d’art, dans le mouvement post-moderniste qui tend à montrer non seulement l’œuvre d’art, mais aussi l’artiste indissociable de cette œuvre, les moyens qu’il utilise et enfin le spectateur lui-même qui, par sa lecture personnelle de l’œuvre, lui apporte un élément nouveau qui l’enrichit.

« L’Artiste découpe d’un trait parfait son tableau en parties égales et soudain l’œuvre se compose sous vos yeux. Enfin un objet architecturé parachève le tout et crée un plan virtuel, une passerelle entre la toile et le spectateur »

 

LE PEINTRE COSMOGRAPHE

Le système de Jean-Pierre Hénaut est en étoile.  En étoile d'étoiles.  Pour le comprendre il faut imaginer un réseau, entrelacs serré de fils ou chemins ponctués de noeuds ou carrefours c'est-à-dire d'échangeurs.  Chaque échangeur ou étoile est connecté, mis en relation par l'une de ses branches avec les autres.  Il est donc possible de pénétrer dans le système indifféremment à partir de chacune des étoiles composant la multiplicité ainsi assemblée.

La "vérité de l'oeuvre", si le mot a un sens en peinture, sera chez Hénaut de l'ordre de l'échange, de la traduction du contenu des messages.  Multipliant les jonctions et les croisements, Hénaut prend soin de relier, de nouer chaque lieu (ou message) à tous les autres par le plus de chemins possibles.

Par combinaison, composition, expression, le tout se tricote sur la toile.  Tout conspire : géométrie, astronomie, musique, arithmétique, logique, histoire des religions... dans un rapport réglé, une harmonie préétablie.  Exemple : de l'ensemble du lexique pictural de Jean-Pierre Hénaut, le "monolithe" constitue par sa présence récurrente l'élément de stabilité.  Stabilité des blocs de pierre ouvrés, rectangles ou carrés, noirs ou blancs, gisant là, au centre d'une nature dé-différenciée : sable, ciel, mers aux îles fractales.

La présence d'une pierre de taille quadrangulaire oriente le champ (pictural ou non) c'est-à-dire en définit les axes.  La pierre se fait repère ; les côtés d'un quadrilatère peuvent se disposer suivant les points cardinaux, autrement dit se régler sur la course du soleil.  Pas d'orientation possible sur terre sans faire intervenir les phénomènes célestes.  S'orienter au sens propre, c'est regarder où le soleil se lève.  Viser l'instant précis où le premier rayon pointe sur l'horizon puis tracer entre l'oeil et l'Orient ou Levant une droite réelle.

Hénaut soumet l'image à un véritable travail d'invention, un "ars inveniendi" Ici, il faut donner au mot "travail" le sens très rude de son étymologie latine : travail c'est le tripalium, le faisceau de trois pieux auquel on suspendait la bête de boucherie pour l'équarrir.  A sa manière, Hénaut coupe, découpe l'image (en quatre) lui restitue du jeu.  L’image une fois traitée plonge le monde réel dans une infinité de mondes possibles libérant le visiteur d'une interprétation forcée.  Au spectateur alors, muni de son propre "algorithme multirésolution", de décider, c'est-à-dire d'accorder l'existence à l'un des possibles.

Exister ici, n'est rien d'autre qu'être harmonique et Hénaut peintre cosmographe nous donne à voir la "musique des sphères".

Richard Delérins

 

Présentation de son œuvre par Jean-Pierre HENAUT

 

"Aujourd'hui je ne me sens plus seul comme lorsque je peignais "l'art est un exil".

Les personnes qui se chargent de la diffusion de mon oeuvre et mes collectionneurs me pressent de m'expliquer.

Mes sensations d'enfant étaient de l'ordre des vertiges.  De ceux qui vous envahissent lorsque la pensée vagabonde sur l'immensité de l'univers.  Parmi des milliards d'étoiles, autant de soleils environnés de leurs de planètes, la Terre, recouverte d'eau.  Cette masse considérable, déplacée par les marées, charrie une infinité de grains de sable.

Toute mon oeuvre est chargée de ces vertiges.

L’art a été inventé par l'homme pour répondre à ses questions, ses doutes et ses triomphes. Pour moi l'art est vital, il est le lieu privilégié des échanges entre les hommes.

Un artiste sépare, retient, élabore la quintessence à la manière d'un filtre. Il formule l'indicible. Il est celui qui sait exprimer pour les autres les réponses à leurs attentes.

Ma quête est une quête d'absolu.  Je peins un monde d'avenir, une espérance.  J’essaie de créer un art d'aujourd'hui enraciné dans nos interrogations communes.

Ma peinture est figurative pour être immédiatement lue par tous.  Son esthétique est actuelle et passe par une expression volontairement simple, dépouillée, pure.  Les toiles sont presque toujours carrées, partagées par les médianes.  Un horizon est au milieu, les perspectives sont frontales.  Cela correspond à une sensation personnelle dans la recherche d'un équilibre, d'un univers stable.

Cette coupure en quatre matérialise le plan du tableau et l'espace dans lequel le drame se joue un peu comme sous le quadrillage d'un champ de fouilles.

L’abstraction a désintégré la troisième dimension fictive qui était propre à la peinture : je la réintègre.  Elle me donne la fusion que je recherche avec le spectateur.  Les objets que je peins comme en apesanteur se situent dans un espace que je crée réellement au devant de la toile.  Cet espace-là m'est propre, il existe par ma peinture.

Ma démarche va vers l'essence des choses, aussi mon expression est-elle synthétique.  Les architectures blanches que j'appelle "ruines" ne sont pas précisées : un bloc blanc suffit.  Tous les objets, figures, paysages de ma peinture sont signifiants.

Lorsque je peins un livre par exemple, c'est une référence à toute une culture et évidemment c'est aussi un objet que la main appréhende.  De même, la couleur est souvent proche des couleurs primaires, s'imposant parfois par son symbolisme élémentaire.

Les signes que j'utilise, couleurs, objets, sont chargés d'un sens évident, universel, mais appellent une interprétation personnelle.  Je propose au spectateur de se lire lui-même dans ma peinture, c'est pour lui, pour qu'il s'interroge qu'elle a été créée."

Jean-Pierre HÉNAUT, Paris, janvier 1992

 

BIOGRAPHIE

Né à Paris en 1942

Diplômé de l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris en 1965

1986 Prix Lila Acheson-Wallace - Reader's Digest

 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

1976    Galerie Lefor-Openo - Saint-Cloud

1978    Villa Toriani - Valenciennes

1979    Formes Nouvelles - Paris

1979    Centre Culturel François Villon - Enghien

1979    Galerie Tripels-Corroy - Paris

1984    Galerie Sylvana Lorenz - Paris

1986    Galerie Lorenz-Vernin - Paris

1987    Espace Saint-Cyprien - Toulouse

1987    Musée Denon - Chalon-sur-Saône

1988    Galerie Terre des Arts - Cannes

1988    Galerie Caplain-Matignon, "Remakes" - Paris

1989    Galerie Terre des Arts - Lyon

1989    Galerie Terre des Arts - Cannes

1990    Galerie Salvany - Clermont-Ferrand

1990    Galerie Caplain-Matignon, "Ultramarine" - Paris

1991    Galerie Aléthéia, "L'le Rose" - Lille

1991    Galerie Fardel - Amiens

1992    Galerie Salvany - Clermont-Ferrand

1992    R.V.S. Fine Art Gallery - New-York

1992    Galerie Caplain-Matignon - Paris

1992    Kenneth Raymond Gallery - Floride

1992    Galerie Caplain-Matignon "des Musées" - Paris

1993    Galerie Nettis - Le Touquet

1993    Galerie Alèthéia - Lille

1994    RVS Fine Art Gallery - New-York

1995    Galerie Art Comparaison - Nantes

1995    Lyons Gallery - Floride

1995    Galerie d'Art Salvany - Clermont-Ferrand

1995    Galerie Caplain-Matignon, "Peintures et Peinture" Paris

1995    Lycée Français Charles de Gaulle - Londres

1996    RVS Fine Art Gallery - New-York

1997    MF Show-room, "L'espace virtuel" - Paris

1997    Galerie Caplain-Matignon, "Extraits" - Paris

1998    Galerie HENOT Enghien-les-Bains

2001    Galerie HENOT La Rochelle

2003    Galerie HENOT Enghien-les-Bains

2007    Galerie HENOT Enghien-les-Bains

 

EXPOSITIONS DE GROUPE

1978    "1’art dans la ville" - Billom

1978    "Las Kraever Nogle" - Copenhague

1980    "216 artistes pour la Pologne" - Paris

1982    "Sélection du Mécénat" - Aéroport de Paris, Orly

1983    "Les collections permanentes du Musée Rapin" - Villeneuve-sur-Lot

1984    "Des artistes et un château : Nointel" - Centre dArt Contemporain Prince Murat

1984    "Trente artistes français à l'Espace Cardin" - Paris

1984    "Tokyo 84 / Ile de France" - Tokyo

1985    "40 artistes regardent Victor Hugo" - Centre dArt Contemporain Prince Murat

1985    "Art en Yvelines" - Orangerie du Château de Versailles

1985    "Sélection Comparaisons" - Centre Culturel d'Esch-sur-Alzette - Luxembourg

1985    Vorpal Gallery - San-Francisco

1986    "Sélection des Artistes Français" - Palais de l'Union des artistes d'U.R.S.S. - Moscou et Léningrad

1986    "Kritische Figuratie Bénélux" - Anvers

1986    Maison de la Culture de Saint-Etienne

1986    Musée dArt Moderne de Strasbourg

1986    "Trois peintres de la figuration française", Alliance 1986 - Chicago

1987    "Design à la Villa Médicis" - Académie de France à Rome

1987    "Designer's Saturday" - Paris

1987    "ART SAD", Salon des Artistes Décorateurs - Paris

1988    "Révolution, Violence et Passion" - Paris

1988    "Révolution, Violence et Passion" - Toulouse

1989    Biennale dArt Présent - Arras

1989    Contemporary French Art Gallery - New-York

1990    Kenneth Raymond Gallery - Floride

1990    Foire dArt Internationale Linéart - Gand

1990    Galerie Larrieu - Tarbes

1991    R.V.S. Fine Art Gallery - New-York

1992    Galerie Artialis – Rennes

1992        Galerie Aléthéia – Lille

1992        Galerie Fardel – Amiens

1993        Biennale d’Art Présent – Arras

1994        Galerie Moyon-Avenard – Nantes

1994    Galerie Art Comparaison – Carnac

1993        « L’Art à l’Ecole » - avec le concours du Ministère de la Jeunesse et des Sports

1994    « Hommage à Gustave Caillebotte par des artistes de notre temps » Orangerie du Palais du Luxembourg - Paris

1994    Sélection de Figuration Critique au Portugal - Abidos

1995    Biennale &Art Présent - Arras

1995    Galerie Art Comparaison - La Baule

1995    Invité d’honneur - Yvetot

1996    "Itinéraires", Palais Stucki - Cracovie

1996     L’Art Actuel" France-Japon 96, Atrium Omori Belport - Tokyo

1997    "Panorama de l’art Vivant", Salon d’Automne - Paris Commissaire général de l’exposition

COLLECTIONS PUBLIQUES ET PRIVÉES

1978    Fondation Lock Means Key - Genève

1980    Musée Rapin - Villeneuve-sur-Lot

1982    Fonds National dArt Contemporain

1982    Collection du Mécénat Aéroport de Paris

1984    Musée dArt Contemporain Prince Murat - Nointel

1987        Dépôt du F.N.A.C. - Ministère de la Recherche et de l'industrie

1988        Fondation du Reader's Digest France

1994    Association pour la sauvegarde du Patrimoine Culturel Contemporain - LYONS CLUB

1994    Collection Jackie Collins Hollywood - Los Angeles

1998    En permanence GALERIE HÉNOT ENGHIEN-LES-BAINS

 

DERNIÈRE RÉALISATION

1991    Mosaïque du hall d'entrée de la Croix Catelan pour le Racing Club de France - Paris

 

ELEGANT   CLAUSTROPHOBIA    :   ON   JEAN-PIERRE   HENAUT

Jean-Pierre Henaut's pictures are clear, precise, almost airless : there is an artificial stillness to them, both in their cool colors (lots of mid-range, brightish blues) and in their cleanly geometric compositions that lends them something of the elegance and detachment of architectural drawings.

There is generically recognizable, familiar scenes with an edge to them. There are views of wafer through implied or actual windows, a diagonal segment of nautical rope crossing what looks like the deck of a seaside house, faceless nude rising from the sea.

Too, there are scenes of the familiar turned upside-down, sometimes literally so : a green wrought-iron chair, inverted, hangs precariouseiy over what seems to be a wall, a trhown-open book mysteriousely adheres to a chunk of blue sky. In one picture "The Blue Chair", the back of a stretched canvas is seen suspended against an intensely blue sky, over a simple white desk chair, in what seems to be a reflexive artistic comment.

The newest pictures grow more complex, richer in detail : a deadpan rendition of cityscape is made odd only by two chunks of masonry seen floating freely in the air; The narratives suggestive by such paintings are mysterious an open-ended : whose house is this, aniway, that Henauf portrays so often ? And how do these odd things happen there ?

There is an implicit tension in the pictures,Although the depicted scenes are relatively simple and are painted in a very flat, hyperrealist style (Henaut's brushwork is all but invisible), this flatness and the geometry of the picture plane are constantly being called into question, either by compositional irruptions such as odd, acutely angled shadows thrown by some object outside the frame of the image, or by fracturing of the image itself : Henaut breaks a perfectly r e s p e c t a b I e -1 o o k i n g chateau, for instance, into six pieces, distributing them neatly across the canvas.

Sometimes there are n e a r - s u r r e a I i st juxtapositions and cropping of images, as in "The Valley", wherein a river wending lazily through a luxuriant landscape with misty hills at the horizon is claustrophobically bracketed by the symmetrical, sharp edges of some white buildings at the left and right sides of the canvas, or "The Big Blue Gate", in wich weirdly floating sheets of white paper throw Impossible shadows across the gate of the painting's title.

Henaut introduces the image of a grid-like gate more than once. It appears at the very front of the picture plane ; we are allowed to see through the bars to the image beyond, but the focus of our attention keeps shifting form foreground to background;

Finally, Henaut raises the questions that every postmodernist painter is bound to raise : where does the illusion stop ?

What percentage of pictorial content, however much it may seem "purely" representational, is sheer imagination ? To what degree can art refer to other art and still have a life of its own,

it is a measure of Jean-Pierre Henaut's contribution to painting today that he forces us as viewers of art to consider these fundamental questions anew, and does so by startling us with the unexpected where we least expect to find it : a roomful of books not arranged on shelves or even lying in piles on the floor but exploding into the air ; a bold red stripe of paint that irrationally traverses an otherwise logical, placid scene; a pair of paint brushes suspended, against the laws of gravity, in mid-air, it is a style of painting that at once allows the viewer access and   stops   him   cold,   arrests   him. These are pictures that ask to be completed in the viewer's imagination.

                                                                                                                                                Robert Long

                                                                                                                                                Southampton, New York,

                                                                                                                                                July, 1992

Robert Long, poète, critique et professeur est l'auteur de "What Happens" (poèmes) et du prochain "Transportation". Son travail est paru dans le New Yorker, la "Partisan Review" et des douzaines d'autres magazines et anthologies. Il est le critique d'art de la Southampton Press et a enseigné dans nombre d'institutions la plus récente en tant qu'écrivain-résident à l'Université de La Salle à Philadelphie.

 

Exposition à Enghien, Galerie Hénot en octobre-novembre 2007 vue par la revue L'Univers des Arts:

 

Une cosmogonie immaculée

Résolument tourné vers une vision solaire de la vie, Hénaut organise ses paysages comme un metteur en scène, cherchant à recomposer le spectacle de la nature. Il tend à soumettre les éléments à son regard, en construisant une architecture à la fois stylisée et hyperréaliste. C'est justement cette tendance structurée, coupée au cordeau, qui confère à ses œuvres des sensations d'irréalité. « Toute mon œuvre est chargée de vertiges...ma quête est une quête d'absolu. Je peins un monde d'avenir, une espérance. » Fasciné par l'immensité de l'univers, il trace dans ses toiles des lignes d'horizons ouvrant ses paysages sur l'infini.

« Mes perspectives sont frontales. Cela correspond à une sensation personnelle axée dans la recherche d'un équilibre, d'un univers stable ». Les choix esthétiques d'Hénaut participent d'une volonté de donner à son art un sens universel. Ses oppositions franches de plans, ses lignes pures, ses nuances pastels, installent un graphisme singulier déclenchant une impression d'inachevé, celle du rêve et d'une créativité inspirée par l'imaginaire.

Si parfois, il incère dans ses compositions des traces humaines, comme un livre, c'est pour mieux souligner la symbolique de leur contenu. Cet objet incarne en effet ses intérêts pour la géométrie, l'astronomie, la musique, la logique ou l'histoire des religions.

Cette manière de représenter la diversité de ses enthousiasmes résume la sobriété de sa démarche artistique. Au travers du bleu de la mer, de la blancheur de ses blocs de pierre, rectangles ou carrés immaculés, et de la verticalité des cyprès, il raconte son émerveillement pour la cohérence du monde, et lui rend un hommage par son talent artistique.

Patrice de la Perrière  L’Univers des Arts octobre 2007

 

 

 

GALERIE HENOT - 14 rue de Mora - 95880-Enghien les Bains
Tél & fax: +33 (0)1 34 12 69 96
www.galeriehenot.com